POUR PARTICIPER AUX CÉLÉBRATIONS DE CE WEEK-END Cliquez ici

L’espérance

Nous sommes entrés dans le mois de décembre. Les jours passent, Noël approche ! Et Noël, c’est l’espérance, n’est-ce pas ? Si, dans la réalité, Jésus n’est pas né le 25 décembre, nous célébrons ce mois-ci la venue du Sauveur. Mais parfois, au milieu de l’épreuve, de temps troublés, l’espérance se fait plus petite. Pourtant, c’est elle qui nous fait avancer. On peut même dire que vivre,  c’est espérer. Aujourd’hui Dieu veut raviver en vous un espoir nouveau.  Car l’espérance est au cœur même de ce qu’est Noël. 

Une partie de notre espérance peut-être attachée ici, sur terre.  Elle est façonnée par les rêves que Dieu place dans nos cœurs, pour nous épanouir et pour Sa gloire. C’est un moteur puissant. L’espérance, c’est les prémisses de la foi. C’est ce qui nous pousse à nous mettre en action, c’est la vision que Dieu nous donne. 

Et notre espérance terrestre dépend profondément du Dieu que nous appelons Sauveur, Celui-là même que nous fêtons à Noël. Notre Père Eternel qui s’est habillé de chair et qui, en naissant, en grandissant, en se sacrifiant pour nous, déclare sur nos vies des choses merveilleuses. Il nous donne « un avenir et une espérance », Il nous guérit de la maladie, Il nous protège, Il nous bénit. Il pourvoit à tous nos besoins, Il nous donne ce que nos cœurs désirent. 

Notre espérance est aussi fondée sur une vision éternelle. Celle d’une éternité sans injustice, sans souffrance, au contact de l’Amour Parfait. C’est vrai, partout où Il allait, Jésus annonçait un Royaume, auquel nous pouvons prendre part si nous le reconnaissons Seigneur et Sauveur.

1 Colossiens 1:13-14 nous dit :

« Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de Son amour, en qui nous sommes rachetés, pardonnés de nos péchés ». 

Ce Royaume n’est et ne sera jamais terni par l’injustice, la corruption, l’inégalité, les larmes. Et il s’inscrit dans l’éternité.

« Il essuiera toutes larmes de nos yeux, et la mort ne sera plus, il n’y aura ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » (Apocalypse 21:4)

Saisissons aujourd’hui qu’ il y a une espérance bien plus grande que celle que nous pouvons imaginer. Noël nous en montre un exemple :  Jésus vient, sans grands tumultes, au milieu de temps troublés. Les gens n’en ont pas encore conscience, mais pourtant, autour d’eux, la plus grande espérance de l’humanité est en marche. Oui, comme dit le psalmiste, il faut espérer, il faut raviver le rêve !

« Oh si je n’étais pas sûr de voir la bonté de l’Eternel sur la terre des vivants ! Espère en l’Eternel ! Fortifie-toi et que ton cœur s’affermisse ! Espère en l’Eternel »

Psaume 27 : 13 

À propos de l’auteur

Océane Maribelle