POUR PARTICIPER AUX CÉLÉBRATIONS DE CE WEEK-END Cliquez ici

IL Y A PLUS DE BONHEUR À DONNER QU’À RECEVOIR

Nous connaissons, pour la grande majorité d’entre nous, ce verset d’Actes 20:35 :

« Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. »

J’ai longtemps compris ce verset avec la pensée que nous avons, ou devons avoir, plus de satisfaction, de plaisir, de bonheur lorsque nous donnons que lorsque nous recevons. Que le fait de donner nous procure plus de joie que celui de recevoir.

Or, pour être tout à fait honnête et transparent, j’éprouve beaucoup de joie à recevoir 😉 et j’imagine que vous aussi … Et puis parfois, l’encouragement à donner, être généreux, ou penser aux autres, a été lié au renoncement à soi, au sacrifice, au relâchement de quelque chose.


Il y a du vrai dans toutes ces choses. Mais aujourd’hui, j’aimerais nous encourager à voir et à vivre ce verset d’une manière différente. J’ai eu le privilège de pouvoir participer à des voyages missionnaires en Inde et au Bangladesh et lorsque j’y suis allé, c’était avec la pensée profonde de donner, tout donner. Pourtant, le sentiment au retour demeure le même : j’ai bien davantage reçu que je n’ai donné … Comment ?

C’est en fait un principe divin. Une loi dans le Royaume de Dieu. Quand je donne, je ne perds rien. Le bonheur, l’amour, la joie : plus je les partage et plus j’en ai. Avec Dieu, quand je donne, c’est le début de la multiplication.
Il m’est difficile de le prouver telle une équation mathématique. Il me serait encore plus compliqué de vous décrire tout ce que j’ai pu recevoir lors de ces voyages, au travers des rencontres, des personnes, des sourires, des visages, des expressions de joie, des rires, des accomplissements, des œuvres sur place, et la liste est encore tellement longue.

Je ne peux que vous lancer cette invitation. Une invitation à le découvrir et à le vivre. Pour cela, tout commence par un premier pas, un premier don, un premier geste, un premier sourire. Faites-le et alors vous pourrez dire vous aussi : il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.

À propos de l’auteur

Matthieu Perraud